Voler avec EasyJet n’est pas une sinécure. Il faut courir jusqu’au terminal situé aux antipodes des contrôles, dans un contre la montre qui vous rappellera les pires moments de Temple Run, entre sprint dans les escalators (hors-services pour l’occasion) et zig-zags parmi des gens peu amènes (en formation tortue pour l’occasion).

Après les speedy boardings (prononcez « connards »), il vous faudra jouer des coudes avec les gens peu amènes croisés précédemment pour trouver votre place, dans un siège à l’ergonomie douteuse, et dont l’espace est à peine suffisant pour un homme-tronc.

Mais voilà, c’est le prix à payer pour voler pas cher, en arrosant l’espace aérien de particules de kérosène. Cependant, tout n’est pas perdu car vous pouvez utiliser une petite astuce et avoir une chance d’obtenir un siège un peu plus spacieux.

En effet, EasyJet vous propose de choisir votre siège durant l’enregistrement online, moyennant quelques derniers supplémentaires. Si vous passez cette étape, alors votre siège vous sera attribué automatiquement (de préférence à côté des réacteurs). Mais si vous attendez le dernier moment pour vous enregistrer, alors il y a une chance pour qu’on vous attribue un siège XL (les grands à l’avant, avec plus de place pour les jambes). Ce n’est pas garanti, mais puisque ce sont des sièges de luxe, ils sont attribués en dernier (pourvu que personne n’aie payé pour).

Next Post